Démarrés le 18 février 2020, les travaux de reconstruction de l’hôpital Sainte-Marie vont durer 5 ans. Répondant aux besoins de modernisation de la prise en charge des patients en psychiatrie, ce grand chantier permettra également de valoriser le cœur historique de la ville

 
 
En 1827 naissait la première unité psychiatrique pour femmes à Privas. Depuis, la structure n’a cessé de se transformer, jusqu’à accueillir 1800 patients. Aujourd’hui, l’évolution du secteur de la santé mentale pousse les malades à sortir de l’hôpital pour des structures plus diversifiées ou être accompagnés dans le cadre d'accueils de jour ; ainsi le nombre de patients accueillis à Sainte Marie aujourd'hui n’est plus que de 200.Trop de locaux vides, des unités peu adaptées à la prise en charge des patients et au travail des soignants, des bâtiments cloisonnés et des espaces de convivialité limités : voilà qui explique la nécessité de cet immense chantier de reconstruction dont le coût s’élève à 60 millions d’euros. Une mise aux normes en matière d’accessibilité et de sécurité était également nécessaire. Le futur équipement sera axé sur une démarche de Haute Qualité Environnementale (HQE), respectueuse de l’environnement. Ce vaste chantier est soutenu par la ville de Privas, au vu du lien étroit qui existe entre la ville et l’hôpital : 1 000 personnes y sont employées, dont 600 sont basées dans l’établissement (les autres sont au sein de structures extra-hospitalières). Un établissement qui s’étend sur une surface de 5 hectares et demi et qui occupe une place très importante dans le paysage de la commune.
 
Le projet retenu privilégiera les espaces extérieurs facilement accessibles aux patients. Une grande rue dénommée « Agora » verra le jour au cœur de la structure, avec un café, une médiathèque, un kiosque, une salle de musique... Les bâtiments actuellement dédiés aux résidents, volumineux et cloisonnés, seront remplacés par des bâtiments plus bas et reliés entre eux par l’Agora. Ces nouveaux bâtiments avec des toitures végétalisées, prolongeront les flancs du Montoulon, afin de s’intégrer entièrement dans le paysage. Cette nouvelle architecture permettra une vue dégagée sur la Chapelle, symbole historique et urbain, à l'entrée dans la ville.
 
Les différentes étapes des travaux :

Phase 1 (février - décembre 2020) : réhabilitation des bâtiments existants pour l'accueil des services administratifs et des unités provisoires : grâce à un système de rotation, incluant le déménagement provisoire de plusieurs unités de soins, les premiers bureaux ont pu, depuis le mois de décembre 2020, prendre leurs quartiers définitifs dans les locaux rénovés du bâtiment St Roch, situé dans le prolongement de la chapelle.

Phase 2 (janvier 2021 - juin 2022) : démolition en cours des premiers bâtiments à l’Ouest de la Chapelle puis reconstruction du premier nouveau bâtiment. Les hautes bâtisses qui surplombent le lycée et le centre aquatique vont laisser place à deux premiers bâtiments cubiques ouverts sur le paysage. Cette remise en volumétrie de l’ensemble pour une nouvelle répartition des fonctions de l’hôpital permettra de rationaliser les déplacements des différents publics (patients, personnels et logistique). Fortement impactée par cette phase de chantier, la circulation routière est régulée par un alternat route des mines jusqu'en juin 2022, permettant également les interventions de véhicules de secours le cas échéant.
Pour faciliter la cohabitation « ouvriers du chantier/ salariés de l’hôpital » durant ce laps de temps relativement long, deux entrées distinctes ont été aménagées le temps du chantier.
 
Phase 3 (à partir de juillet 2022) : démolition des bâtiments à l’Est de la Chapelle puis reconstruction du deuxième nouveau bâtiment.

Phase 4 : démolition des derniers bâtiments - fin du chantier prévu pour 2024.

 LE PROJET EN IMAGES

 

PRIVAS mag

N°18

HIVER 2021 PDF - 9,76 Mo Télécharger